18 TROUS WITH A VIEW.

Dinard Golf

18 trous with a view.

Vue imprenable, clubhouse Art Déco, parcours poétique aux trous prénommés La Joie ou La Bérézina... En plus de voir défiler les swings du monde entier, le Golf Club de Dinard abrite une biodiversité exceptionnelle. Du green... au green ! 

Oui, c’est un petit parcours… un Links (pour les néophytes : un golf en bord de mer ou en zone dunaire)... mais dès le premier trou, nommé La Route, l’immensité du paysage et la présence de la mer subjuguent. Le tee est posé, la balle attend, fébrile, d’entrer en contact avec le fer. La partie est lancée. Et ce ne sera pas une promenade de santé… Pourquoi ? Parce qu’ici, vous êtes sur une terre de marins et le vent risque d’être votre plus grand adversaire. La pluie aussi. 

dam Image
Mais voilà, sur le deuxième golf le plus ancien de France – le premier est à Pau – fondé en 1887 par l’architecte écossais Tom Dunn, avec un clubhouse conçu en 1927 par le maître du béton Marcel Oudin, il faut apprendre à composer avec les éléments.
dam Image

Les autres joueurs vous talonnent, vous vous hâtez d’armer votre swing à La Forêt, le trou n° 5.

Concentré sur votre objectif, vous ne faites pas attention aux tamaris, troènes, chênes, cyprès, pins maritimes et autres sureaux qui composent le décor. C’est sûrement le trou où il y a le plus d’arbres, d’où son nom.
La balle décolle, les oiseaux s’affolent.

Linottes mélodieuses et fauvettes pitchou commentent votre style, un peu pataud aujourd’hui.

« Le golf de Dinard, bien que situé à Saint-Briac, a permis de développer une biodiversité inespérée », explique Marie-Christine Paris, la présidente des lieux. 

« Il a permis à certaines espèces de ne pas disparaître, alors qu’une partie de la côte des alentours s’urbanisait. Des oiseaux migrateurs comme l’hirondelle rustique ou le traquet motteux – un élégant passereau au sourcil noir – y font escale quelques mois dans l’année. » On les comprend, surtout en partant à l’abordage du 13e trou, Les Essarts.
Après avoir arpenté le sentier qui mène à ce par 3, la vue est à couper le souffle. Bienvenue au bout du bout du golf, où le banc planté sur le promontoire invite à contempler le tableau naturel. Au loin, Saint-Cast et le Cap Fréhel…

La Banquette, le 15e trou, est en vue avec ses intimidants bunkers. Parviendrez-vous à sortir votre balle lovée au fond de ce trou de mouton ? Pas évident.


D’ailleurs, il n’est pas anodin de le qualifier ainsi car il s’agit d’anciens abris creusés au fil du temps par ces animaux grégaires cherchant à se protéger du vent. « Petit clin d’œil à autrefois : une centaine de moutons s’installe ici au printemps... pour tondre les rough, la partie qui borde le parcours », annonce Marie-Christine Paris.

« Ils font du super boulot ! » Une fois passé Le Juge, La Terrasse se dévoile enfin.

dam Image

C’est le 18e et dernier trou, celui qui annonce le retour au bercail, au clubhouse, à son vert so British, sa rampe d’escalier en ferronnerie agrémentée de clubs et de balles, sa terrasse surplombant les dunes et la plage, avec la promesse d’un bon filet de bœuf-frites ou d’une sole gourmande. 

Envie de découvrir ce lieu ?

Golf de Dinard  
53, boulevard de la Houle
35800 Saint-Briac-sur-Mer.
Tél. : 02 99 88 32 07. 
dinardgolf.com

Retour aux articles