Le Chemin des Carrières

MINI SOCIETY

Le Chemin des Carrières, galerie d’art à ciel ouvert

Solide et fier, il trône à la même place depuis 1890. Il a incarné l’excellence de la sidérurgie française, résisté à deux guerres mondiales et animé le quotidien de centaines de familles en contribuant à l’essor de toute la région entre les années 1960 et 1980.

Lui, c’est le haut-fourneau U4, le dernier encore debout et encore entier sur les six qui composaient originellement le site sidérurgique.

Son rôle ? Produire chaque jour de la fonte sans interruption grâce à l’expertise de la crème des ingénieurs de l’époque et au travail acharné de 2 800 employés de l’usine Usinor-Sacilor – dans les années 1970 – qui, tel un seul homme, bravaient les 1000 °C de la fonte liquide et s’assuraient que la « bête » ait toujours à manger.

Le chemin des carrières

Art balade

Le chemin des carrières

Symbole de la puissance industrielle de la vallée de la Fensch et fleuron de l’ingénierie locale, l’U4 a progressivement cessé toute activité, puis rendu l’âme en 1991. Si la plupart des employés ont réussi à retrouver du travail rapidement, la question du site se posait. Fallait-il le garder ou le détruire ? 

Après de longues négociations, le « monstre de fer » à mi-chemin entre un décor de fin du monde version Mad Max et une créature digne des Transformers est revenu à la vie en 2007.

Inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par le ministère de la Culture, cet indéboulonnable témoin d’une histoire française et locale flamboyante est désormais ouvert au public. D’anciens employés intarissables d'anecdotes organisent des visites de l’ouvrage. Ses friches ont été transformées en un jardin vivant et luxuriant baptisé le Jardin des Traces.

À travers une scénographie végétale, des bassins et des œuvres d’art de divers artistes locaux, il rend hommage au passé sidérurgique tout en tournant la page et adresse à ses visiteurs le plus beaux des messages : la nature reprend ses droits. Quant au haut-fourneau, avec sa cheminée culminant à 82 mètres et sa nacelle à 71 mètres de hauteur, il est rallumé chaque soir à travers une mise en lumière de l’artiste Claude Lévêque. 

Intitulée Tous les soleils, cette œuvre vise à lui restituer une dimension nouvelle en interrogeant l’imaginaire de chacun. Par ce rougeoiement évoquant la vie du haut-fourneau, l’artiste rend hommage à l’activité  sidérurgique et à la mémoire ouvrière.

En transcendant cette infrastructure industrielle grâce à une « MultiVision nocturne », il donne à voir son histoire inscrite, de nouveau, dans le présent. 

Le chemin des carrières

Envie de découvrir ce lieu ?

Parc du haut-fourneau U4
1, jardin des Traces
57270 Uckange
Site internet