MANU SAN FÉLIX ET SA SÉRIE DE VIDÉOS SUR L'OCÉAN.

MANU SAN FÉLIX
À travers une série de vidéos en trois parties, le biologiste marin, photographe et explorateur, Manu San Félix, partage ses principales découvertes et explique comment nous pouvons aimer et protéger les océans.

« LES GENS PROTÈGENT CE QU'ILS AIMENT, MAIS ILS N'AIMENT QUE CE QU'ILS CONNAISSENT. »

MINI Espagne soutient Manu San Félix et son triple projet marin "An Unexpected Journey" via la plateforme MINI Voices. Grâce à une série de chapitres en trois parties englobant ses principaux projets - " Posidonia Finder Free App ", " Pristine Seas " et " Diving School " - le biologiste marin, reporter et explorateur partage ses découvertes avec les autres et fournit des informations sur la façon de protéger et d'aimer les océans.
MANU SAN FÉLIX
MANU SAN FÉLIX

NOUS SOUTENONS DES INITIATIVES DURABLES AU-DELÀ DE L'INDUSTRIE AUTOMOBILE.

Avec la création de MINI Voices, MINI accompagne les personnes et les initiatives qui ont le potentiel de changer le monde. Dans plusieurs pays européens, MINI soutient de véritables acteurs du changement et des start-ups qui s'attaquent aux défis sociaux d'aujourd'hui avec leurs idées insolites démontrant comment un avenir durable et socialement responsable peut être façonné. "Nous soutenons pleinement l'engagement novateur de San Félix en faveur de la durabilité. Nous avons eu la chance d'accompagner l'explorateur dans certains de ses voyages et découvertes les plus inattendues. Nous sommes ravis de pouvoir soutenir des initiatives durables au-delà de l'industrie automobile", déclare Carlos Martínez, directeur de MINI Espagne.

UN VOYAGE INATTENDU.

Le chapitre 1, « In Search of the Mediterranean Blue »,"À la recherche du bleu méditerranéen", porte sur la célèbre plante marine Posidonia, endémique de la Méditerranée, et la plus grande découverte de la carrière du biologiste marin. Grâce à l'application Posidonia Maps, que San Félix a développée avec une équipe de techniciens, une solution a été apportée pour aider à préserver ces espèces dont le rôle est essentiel dans l'écosystème méditerranéen.

Le chapitre 2, « Teaching to Save the Planet »,"Enseigner pour sauver la planète", met en lumière le dévouement avec lequel Manu San Félix promeut la connaissance et l'amour de l'océan depuis son école de plongée de Formentera, en explorant ce qui l'a poussé à l'ouvrir et les défis qu'il relève chaque jour pour assurer l'avenir des océans du monde.

Le chapitre 3, « The last ice »,"La dernière glace", raconte comment l'intervention de Manu San Félix a permis de protéger les mers vierges, c'est-à-dire celles qui restent vierges de l'action de l'homme, comme les réserves marines. Cependant, grâce à son travail au sein du projet "Pristine Seas" du National Geographic, le dégel imminent de l'Arctique menace d'ouvrir de nouvelles routes maritimes qui, sans prévention, traverseront ces zones.

MANU SAN FÉLIX : UNE VIE DÉDIÉE À LA PRÉSERVATION DES OCÉANS.

IL A PARTICIPÉ À 35 EXPÉDITIONS DANS LE MONDE ENTIER.

En plus d'être un biologiste marin renommé dont le projet sur les herbiers de posidonies l'a amené à réaliser des rapports pour l'UNESCO, San Félix est un reporter photographe récompensé en 2004 (Londres) par le Wildlife Photographer of the Year et en 2005 (Antibes, France) par le World Underwater Festival. Depuis 2009, il travaille pour National Geographic en tant que directeur des images sous-marines pour le projet Pristine Seas, participant à 35 expéditions dans le monde entier.

MANU SAN FÉLIX
Retour aux Articles